Couverture de Questions de communication 40/2021

La politique des « plateformes »

Auteurs

Cléo Collomb (trad.)
Tarleton Gillespie (auteur)
Publié 01-06-2022
Pages 23-46
Résumé

Les fournisseurs de contenu en ligne tels que YouTube se positionnent soigneusement vis-à-vis des utilisateurs, des clients, des annonceurs et des décideurs politiques, en communiquant de manière stratégique à propos de ce sur quoi ils interviennent et n’interviennent pas, ainsi que sur la façon dont leur activité doit être comprise dans le paysage de l’information1. Un terme en particulier, celui de « plateforme », révèle les contours de ce travail discursif. Il a été mobilisé aussi bien dans les argumentaires marketing que pour faire appel à la dimension populaire de certains services – qu’il s’agisse de plateformes techniques, de scènes [platform] d’où l’on peut parler, ou encore, de tremplin [platform] vers des opportunités nouvelles. Les tensions qui peuvent apparaître, à partir du moment où l’on prétend servir tous ces différents groupes d’intérêt, sont soigneusement éludées. Le terme de « plateforme » convient aussi aux fournisseurs de contenu lorsqu’ils essaient d’intervenir dans les politiques de l’information afin de chercher à être protégés dans leur rôle de soutien à l’expression des utilisateurs, sans être pour autant tenus pour responsables des contenus qui circulent. Alors que ces fournisseurs deviennent les programmateurs du débat public, nous devons examiner les rôles qu’ils prétendent jouer ainsi que les termes à l’aune desquels ils espèrent être jugés.


Licence Creative Commons License

Ce travail est disponible sous licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, sauf mention contraire.