Article initialement publié sur le magazine Factuel le 21 février 2021

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et le Comité pour la science ouverte ont récemment rendu publique la liste des lauréats du deuxième appel à projets du Fonds national pour la Science ouverte (FNSO) qui vise à soutenir des initiatives dans le domaine de l’édition scientifique, de la publication ouverte et de leur écosystème. Les quatre projets impliquant l’Université de Lorraine ont été retenus. Parmi eux, le projet ÉdulOA vise à soutenir la mise en place d’une politique d’édition multisupport en accès ouvert pour l’intégralité des publications scientifiques des Éditions de l’Université de Lorraine .

Un nouvel éditeur scientifique

À la suite des conclusions d’un groupe de travail ayant œuvré pendant près de deux ans, le Conseil d’administration a acté la création des Éditions de l’Université de Lorraine (Édul) en février 2021. Cette nouvelle maison prendra, à partir de janvier 2022, la suite des PUN-Éditions universitaires de Lorraine (PUN-Édulor), maison d’édition historique de l’établissement fondée en 1982. Si les Édul diffuseront toujours les travaux précédemment édités par les PUN-Édulor, la mise en place de cette nouvelle maison marque l’avènement d’un éditeur scientifique public exigeant et résolument orienté vers l’accès ouvert aux publications scientifiques dans une logique de partage des savoirs autant avec les communautés scientifiques qu’avec l’ensemble de la société.

Le projet ÉdulOA

Le projet ÉdulOA (pour Éditions de l’Université de Lorraine et open access) est porté par les Éditions de l’Université de Lorraine. Il a été élaboré en concertation avec Nicolas Fressengeas, chargé de mission science ouverte, la mission d’appui à la recherche de la direction de la documentation et le comité de pilotage science ouverte de l’Université de Lorraine. Il a aussi bénéficié du soutien de l’infrastructure de recherche Métopes (Méthodes et outils pour l’édition structurée) associant la Maison de la recherche en sciences humaines Normandie-Caen, l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, l’Université Caen Normandie et le Centre de ressources technologiques pour les technologies de l’information et de la communication de l’Université Caen Normandie.

Dans le cadre de ce projet, l’Université de Lorraine et le Fonds national pour la science ouverte apporteront pendant de trois ans (2022-2024) un soutien conjoint pour faciliter la mise en place opérationnelle de la stratégie des Édul concernant la production et la diffusion de l’intégralité des ouvrages scientifiques édités par la maison en accès ouvert dès leur publication. Concrètement, il s’agit principalement de recruter deux personnels (éditeur et assistant d’édition) afin de renforcer les Édul dans quatre domaines.

Un soutien dans quatre domaines

D’abord, sur le plan technique, ce soutien permettra aux Édul d’adopter dès 2022 un flux d’édition multisupport fondé sur le principe du single-source publishing (édition à source unique). Celui-ci permettra, grâce aux outils de l’infrastructure Métopes (et éventuellement au système LaTeX pour les disciplines concernées), de réaliser des contenus nativement pensés pour les lecteurs finaux, qu’ils souhaitent accéder aux publications au format imprimé ou numérique sur ordinateur, tablette, liseuse ou smartphone (édition multisupport). Les contenus seront d’abord travaillés du point de vue du fonds (relecture, balisage sémantique, structuration des parties des documents…) via des fichiers intermédiaires uniques et structurés (sources uniques). Ces fichiers intermédiaires seront utilisés comme base pour tous les formats diffusés. L’un des avantages de cette méthode à source unique est de garantir que toutes les corrections apportées dans le cadre du travail éditorial seront reprises aisément dans l’ensemble des fichiers diffusés dès publication comme plus tard pour d’éventuelles réimpressions ou rééditions imprimées ou numériques.  Aussi les fichiers numériques produits seront-ils conformes aux principes FAIR, reconnus internationalement comme gages de qualité en matière de science ouverte, c’est-à-dire qu’ils seront faciles à trouver, accessibles (pour tous y compris les personnes en situation de handicap), interopérables (notamment avec des bases de données et autres portails de référencement) et réutilisables par le plus grand nombre.

Sur le plan de la diffusion de ces contenus numériques, il s’agit d’accompagner la mise en place de partenariats avec des plateformes de diffusion des publications scientifiques reconnues telles OpenEdition Books (qui diffuse actuellement près de 12 000 titres de plus 100 éditeurs scientifiques) et Persée (près de 900 000 documents actuellement diffusés). Cette politique de diffusion numérique s’inscrit dans une logique de portails afin d’améliorer la visibilité des publications. En complément, un site propre aux Édul sera ouvert. Celui-ci offrira notamment l’accès aux ouvrages qui ne s’inscriraient pas dans la ligne éditoriale des portails.

En matière juridique, le projet permettra notamment d’adopter des contrats d’édition adaptés à l’environnement de la science ouverte tout en généralisant l’usage de licences de diffusion ouvertes (Creative Commons) facilitant la diffusion et la réutilisation des contenus publiés.

Enfin, les Édul pourront transmettre le savoir-faire et l’expérience acquis pendant le projet à d’autres structures et personnels de l’Enseignement supérieur et de la Recherche intéressés. Pour cela, les Édul proposeront un retour d’expérience notamment après des membres du réseau des acteurs de l’édition de l’établissement (en cours de création), des autres établissements du Comité de coordination et d’orientation scientifique de Lorraine et des réseaux nationaux impliqués dans l’édition scientifique publique.

Un projet inscrit dans une politique d’établissement

La création des Édul, leur stratégie de diffusion et le projet ÉdulOA s’inscrivent naturellement dans les orientations du MESRI (qui, cet été, a rendu public son deuxième Plan national pour la science ouverte) et la politique science ouverte conduite par l’Université de Lorraine. Celle-ci a déjà abouti à plusieurs réalisations comme la nomination d’un chargé de mission science ouverte, la création d’un comité de pilotage dédié, le développement du Baromètre lorraine de la science ouverte, l’inauguration d’un entrepôt de données institutionnel (Dorel) ou encore la participation de l’établissement à la conception de la future plateforme nationale fédérée des données de la recherche : Recherche Data Gouv… Et il est significatif que le financement apporté par l’Université de Lorraine au projet ÉdulOA correspond au montant économisé sur l’abonnement à un bouquet de revues de l’éditeur commercial Elsevier dans le cadre des négociations conduites par le consortium Couperin.

Les Édul s’appuieront largement sur ces réalisations et adopteront notamment une politique relative aux données de recherche visant à inciter les auteurs d’ouvrages fondés sur l’étude de données spécifiques à rendre celles-ci aussi disponibles en accès ouvert. Elles travaillent déjà en collaboration étroite avec le chargé de mission science ouverte et la mission d’appui à la recherche de la Direction de la documentation.

Et les revues ?

Si le projet ÉdulOA s’intéresse uniquement aux ouvrages scientifiques, il n’en reste pas moins que les Édul éditeront aussi des revues, reprenant dès 2022 celles précédemment éditées par les PUN-Édulor : Questions de communication dans le domaine des sciences de l’information et de la communication et Verbum dans le domaine de la linguistique. Afin de remplir les engagements des Édul en matière de science ouverte et en cohérence avec la volonté des équipes scientifiques impliquées, celles-ci seront également prochainement disponibles intégralement en accès ouvert dès publication. Un partenariat est en cours de réalisation avec Persée pour Verbum tandis que Questions de communication, déjà présente sur les portails OpenEdition Journals (avec un embargo de deux ans) et Cairn, elle aussi lauréate d’un projet déposé dans le cadre de cet appel du FNSO, sera bientôt totalement accessible en open access. Enfin, l’Université de Lorraine est partenaire d’un autre projet ayant reçu le soutien du FNSO. Ce dernier projet consiste en un partenariat avec l’Université de Bordeaux et l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inraé). Il permettra de fournir l’infrastructure technique nécessaire pour accueillir des revues scientifiques liées à l’établissement sur une plateforme d’édition numérique en accès ouvert. Les revues concernées pourront être soit des revues déjà existantes souhaitant profiter de cette infrastructure, soit des revues nouvellement créées, éditées ou non par les Édul.

Un signal fort pour la science ouverte à l’Université de Lorraine

Le fait qu’ÉdulOA soit, avec les trois autres projets portés ou co-portés par l’UL, parmi les lauréats du FNSO est un signal fort et encourageant pour le développement de la science ouverte au sein de l’établissement. Cela incite également les Édul à accentuer leur rôle de conseil et d’aide auprès des chercheurs et des laboratoires qui s’inscrivent dans cette logique d’accès ouvert aux publications, l’avenir de l’édition scientifique.